Pont du Gard et Patrimoine

Les Touillers

D’après : L’aqueduc du pont du gard de Claude Larnac et François Garrigue
mardi 3 février 2009 par PdGP

Le Clos des Touillers

Le "Clos des Touillers" est en pleine garrigue . "Touillers" viendrait de "tuiliers".
coupe touillersA gauche des traces on aperçoit un sondage. Il montre l’importance des concrétions, leur développement jusqu’à l’amorce de la voûte. L’eau dépassait la partie supérieure du mortier de tuileau qui se trouve noyé dans les concrétions envahissantes. Sur la face extérieure de la paroi droite du canal on peut voir quelques centimètres carrés du badigeon rouge passé sur le mortier de tuileau qui a déteint sur la concrétion apparente.

Un détour par le "clos des touillers" est conseillé. A cet endroit, selon nous, le canal est en négatif et compte parmi les plus fins vestiges de l’aqueduc. L’endroit est reculé, la végétation est assez abondante, si bien que l’observation devient difficile pour des groupes de plus de dix personnes.

L’aqueduc se présente sous forme d’un manchon blanchâtre bâti avec du mortier de chaux banché. Sur la droite en arrivant, donc côté aval de l’aqueduc, l’attention est attirée par un "regard" net, débarrassé de ses concrétions. Il est placé à la charnière de deux tronçons. L’intérieur de l’aqueduc est tapissé par des concrétions qui atteignent le sommet du canal. Quelques pierres sont visibles sur la partie la plus haute de la voûte. Les autres, le long des pieds droits, ont disparu. Selon des cultivateurs riverains, la partie maçonnée a été démontée pendant la dernière guerre mondiale. Ce coin de garrigue se trouvait dans l’enceinte d’un dépôt de munitions installé par les troupes d’occupation. Les pierres ont été arrachées et réemployées.

Une dizaine de mètres plus haut, les archéologues ont prélevé une coupe carbonatée à l’aide d’une disqueuse. Cette coupe permet de voir la structure de l’aqueduc. Le mortier de tuileau apparaît nettement. Sa constitution physique, ses caractéristiques, sa hauteur (117 cm) et son épaisseur (6 cm) apportent des renseignements à tous ceux qui s’intéressent de près à l’architecture de l’aqueduc. Une trentaine de mètres plus loin, vers l’amont, en longeant le canal au travers des lauriers tins, le canal s’enfonce dans le sol. A cet endroit, au milieu de l’ombre portée par les yeuses (chênes verts) un second regard, mal conservé, entartré par les concrétions, marque un changement de direction.

clos des touillers Avant de quitter ce coin retiré, il est agréable de profiter d’un dernier coup d’œil à partir du talus qui domine l’ensemble. On discerne alors la voûte blanche, continue, ondulée qui glisse à nos pieds jusqu’à se faufiler dans les lauriers tins pour disparaître complètement. Au dessus du tunnel les agriculteurs ont construit un mur de soutènement.

Nous repartirons pour entreprendre la grande visite des ponts arcades de la Lône, de Font Ménestière, du Pont Roupt, du Pont de Valive, du bassin de régulation (actuellement non visible et réenterré pour cause de dégradation dû aux visiteurs), pour arriver .....au pont du Gard.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 191011

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Visiter l’aqueduc  Suivre la vie du site L’aqueduc à Vers-Pont-du-Gard   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License