Pont du Gard et Patrimoine
Près de 10.000 internautes ont signé pour le libre accès au pont du Gard !

Pour mémoire (la pétition est close puisque nous avons obtenu satisfaction) : notre argumentaire et les signatures

lundi 2 mai 2016 par PdGP

Le texte ci-dessous prend désormais un caractère d’archive. En le lisant vous saurez pourquoi nous nous sommes battus et apprécierez les libertés reconquises.

Dans notre objet social figure (article 2 des statuts) l’engagement de « défendre le libre accès piétons » au site du pont du Gard. Nous ne pouvions donc rester indifférents au changement radical des conditions d’exploitation du site du pont du Gard que représente la fin de l’accès libre et gratuit (à pied ou à vélo) au pont du Gard et à l’espace qui l’entoure.

PDF - 720.3 ko

Cet accès libre et gratuit est un élément capital du consensus autour duquel a été adopté en 1998 le projet de site du pont du Gard. Il résulte d’une décision politique prise à l’unanimité par le conseil général, au terme d’une large concertation à laquelle le monde associatif a été partie prenante. Cliquer sur l’icône ci- jointe pour consulter un des argumentaires présentés par le conseil général pour "vendre son projet". Prenez le temps de lire ce placard de communication du conseil général : chacune des promesses est aujourd’hui bafouée par le site du pont du Gard

JPEG - 254.5 ko
Choses promises choses dues !


Nous défendons cette gratuité :

Par principe : Inscrit au Patrimoine de l’Humanité, le pont du Gard doit rester accessible à tous, sans discrimination de ressource. Le regard sur le pont du Gard doit rester libre et gratuit, comme sont libres et gratuits les regards sur les arènes de Nîmes, la Maison Carrée, le château de Versailles, par exemple. Les gens qui rebroussent chemin devant l’entrée du site en voyant les tarifs affichés ne le font pas par plaisir de marcher un ou deux kilomètres. Ils le font parce qu’ils sont obligés de compter leurs dépenses à quelques euros près. Cette motivation sociale de l’accès piéton au site vaut pour tous, Gardois et non Gardois. Nous sommes consternés que cette dimension sociale ne soit pas prise en compte.

Par tradition : le pont du Gard a toujours été un espace ouvert de culture et de loisirs, gratuit et convivial. Les Gardois s’y réunissaient en famille, spécialement à Pâques et à la Pentecôte, en ayant le plaisir de côtoyer l’un des plus beaux monuments antiques du monde. C’est notamment en considérant cet attachement traditionnel que le conseil général s’est attaché, en 1998, à sauvegarder le libre accès piéton.

Parce que ce « péage » empêchera le passage de la voie verte Beaucaire-Uzès sur le pont du Gard, alors que ce projet présente le plus grand intérêt en terme d’animation culturelle et touristique du territoire ; il empêchera aussi la réalisation de l’itinéraire culturel de l’aqueduc, que nous avons proposé au pays Uzège-Pont du Gard.

Parce la tentative de faire payer les piétons est difficile à mettre en œuvre et contreproductive, surtout s’il faut gérer de multiples cas de figure et d’exceptions (randonneurs et Gardois en particulier), donc d’incidents et d’aigreurs potentiels. Faudra-t-il venir au pont du Gard avec sa carte d’identité et une quittance d’EDF ? Sera-t-on exposé à de multiples contrôles au cours de ses déambulations sur le domaine ?... OUI, c’est ce qui ce passe actuellement !

La tarification des accès piétons a été mise en œuvre sans aucune mise en garde préalable parce que personne au Conseil d’Administration ne représente les visiteurs.

Nous considérons que la fin du libre accès piétons et cyclistes est inopportune, injuste et inefficace. Avec les autres associations concernées, les socioprofessionnels et beaucoup d’élus, nous avons obtenu l’engagement du conseil départemental de l’annuler. Il faut maintenant que les actes concrétisent cet engagement. Ensemble nous aurons ainsi restauré le principe fondamental du libre accès piétons et cyclistes sur lequel a été fondé, en 1998, le consensus autour du projet de site du pont du Gard.

Pour connaître les modalités d’accès à pied et à bicyclette au pont du Gard, cliquer ici.


Forum

  • ETRANGE SONDAGE
    12 juin 2013, par "LMP"

    Je voulais signaler un phénomène peu commun qui s’est produit dans les colonnes internet et papier du Midi Libre.

    Le vendredi 7 juin paraissait un article dans ce quotidien intitulé : "Payer pour le Pont du Gard : piétons et cyclistes refusent". Simultanément, cet article était reproduit sur le site internet de ce même Midi Libre avec un sondage ayant pour question (je cite) : "les visiteurs du pont du Gard se sentent-ils rackettés"... vers 18h, le résultat de ce sondage était 94 % de OUI...
    Vers 19 h, la question a brutalement été changée pour devenir (je cite toujours) : "Pont du Gard : est-il normal de payer pour visiter le site ?" avec comme résultat... 94 % de OUI...!!!

    Fait très étrange, le Midi Libre a omis (du moins espérons-le) de remettre les compteurs à zéro... ce qui fait dire exactement le contraire de ce que pense les votants !!!... et ce sont les résultats calculés sur cette base qui ont été publiés dans l’édition papier du lendemain !!!... l’EPCC et le Conseil Général, fervents défenseurs de la culture (payante) pour tous, doivent être très satisfait du résultat !

    CHANGER LA QUESTION EN COURS DE SONDAGE SANS REMETTRE LES COMPTEURS A ZERO est contraire à la déontologie la plus élémentaire... ce que certains pourraient qualifier de faute professionnelle... d’autres de malhonnêteté... Dans tous les cas une pratique qui porte atteinte au métier de journaliste.

    A ce jour, je n’ai obtenu aucune réponse du Midi Libre... et le résultat de ce sondage bidon est toujours visible sur internet !

    • ETRANGE SONDAGE
      13 juin 2013, par "LMP"

      BRAVO la publicité pleine page payée par l’EPCC dans le Midi Libre du 13 juin... un remerciement pour le sondage bidonné du 7 juin ?